Ce printemps à Florence avec les Premières du 9 au 13 avril 2018

Nous avons vu Florence. Florence des fleurs, des Arts et des Lettres ;La pietra serena plus sombre dans les rues mouillées ;Les plages de couleurs nettes des volets et des coupoles en miniature des parapluies ;Florence des génies qui ont fait ses symboles, et qui sont si profondément nos contemporains ;

A force d’esquisses, d’exposés, d’analyses, nous sommes devenus nous-mêmes maniéristes !

Nous avons vu naître la Renaissance avec ses spéculations et sa grâce ;

Et assisté à la modernité de l’art italien, si imprégné de sa culture et si radical pourtant ;

Nous avons joué avec les œuvres ;

posé dans les jardins ;

traversé et retraversé l’Arno ;levé les yeux vers les coupoles ;

escaladé le Dôme de Sainte-Marie–des-Fleurs.

Nous avons fait avec Dante un périple dans les cercles paradisiaques et infernaux.

 Plus prosaïquement, nous avons retrouvé nos cours, vécu la force des œuvres, exposé leurs contextes, leurs signifiances, entré leurs formes dans nos dessins, préparé les « carnets » que vous avez pu voir vendredi 8 juin dans l’exposition de fin d’année.

Le programme était dense. Dans l’ordre successif de nos visites : la cathédrale et son dôme de Brunelleschi, le baptistère byzantin, le campanile de Giotto et leur musée ; le palais Médicis-Riccardi et sa chapelle des Mages ; l’église San Lorenzo avec sa chapelle palatine et celle des tombeaux des Médicis par  Michel-Ange ; l’église Santa Croce avec les tombeaux des grands florentins, les œuvres de Giotto, Gaddi, Donatello et la chapelle Pazzi de Brunelleschi ; la Descente de Croix de Pontormo dans l’église Santa Felicità ;le richissime musée des Offices ; la loggia della Signoria, musée externe ;le musée du Bargello, plein de chefs-d’œuvre de Donatello, Verrocchio, du jeune Michel-Ange… ; le couvent San Marco peint par Fra Angelico ; le musée de l’Accademia et ses immenses Michel-Ange ; l’exposition « Naissance d’une nation » sur l’art italien de l’après-guerre à 1968, les jardins de Boboli, le Palais Pitti, ses exceptionnelles collections palatines et ses merveilleux plafonds, l’église Santa Marie Novella, son Christ de Giotto, ses fresques de Masaccio, d’Uccello, de Ghirlandaio.

Mais nous n’avons pas vu San Miniato al Monte, qui est resté au fond de nos panoramas comme un désir inassouvi.

Une invitation à revenir.

En attendant, si vous voulez nous suivre un peu dans ces rues, ces jardins, ces musées, retrouvez-nous dans ce diaporama.

Voyage à Florence Avril 2018